« If you don’t breath, I can’t help you » – Ashtanga Vinyasa Yoga avec Ajay Kumar

16 Juil

Il y a quelques semaines, j’ai fait un atelier d’Ashtanga Vinyasa Yoga avec Ajay Kumar. J’ai adoré et je tenais à t’en parler.

C’était au chouette studio Yyoga à Bruxelles. Je t’en parlerai dans un prochain billet, au cas où tu comptes passer quelques jours dans la Capitale de l’Europe, avec ton tapis de yoga sous le bras.

D’accord, mais Ajay Kumar, c’est kiki ?

Ajay est un yogi indien de pure souche. Il a commencé à pratiquer le yoga à l’âge de 10 ans avec BNS Iyengar, disciple directe de Krisnamacharya, considéré comme le père du yoga moderne, rien que ça ! (On ne parle pas de Tata Yoyo ici, ok ?)

Bon, si tu peux retenir ces deux noms : Iyengar et Krisnamacharya, tu fais déjà partie du clan de yogis.

Ajay habite et enseigne du yoga à Mysore, dans le sud de l’Inde : le berceau et la crème de la crème du yoga Ashtanga.

rendez vous yoga - ajay-chat copy

Je ne le connaissais pas spécialement et je ne le connais pas beaucoup plus maintenant. Ce qui a attiré mon attention pour choisir son cours, c’était le fait qu’il s’agissait d’un prof au nom « exotique » : « Ajay Kumar » et non pas le nom d’une star américaine, pour le coup moins… »épicé ». Le flyer m’a paru très sympa aussi, non ? Comme quoi les détails, ça joue.

rendez vous yoga - ajay-kumar

J’étais conquise par son énergie et sa façon d’enseigner. Les Salutations au Soleil s’enchaînaient à toute vitesse. Mais, attention, la classe pouvait aussi s’arrêter à tout moment. Dès qu’il nous voyait partir dans nos rêves ou dès qu’il n’entendait pas le souffle de quelqu’un, on arrêtait.

C’est vrai, on était des fois dans nos pensées, on ne respirait pas…

« If you don’t breath, I can’t help you »

Il nous rappelait systématiquement, en dandinant légèrement sa tête, comme seuls les indiens savent faire :

  • « You are not here to dream, you are here to breath! »
  • « You don’t come here to do what you want, you come here to do Yoga, so breath! »
  • « If you don’t breath, I can’t help you! » (point)

Puis, on reprenait le souffle et hop, on repartait. Ça ne rigole pas au pays du naan fromage !

Ajay a une façon stricte d’enseigner. Il nous tient à carreau, mais en même temps il est marrant. La classe se passe dans la fermeté et la bonne humeur. J’ai beaucoup rit et appris.

Ce stage a été pour moi comme un retour au sources, un contact, sans doute léger, avec le yoga enseigné «comme il faut». Oui, souvent, je dérape et suis trop rigoriste dans ma pratique.

Cela m’a fait du bien de revoir à quoi ressemblait une pratique dans sa forme traditionnelle et non pas revisitée et adaptée à notre façon Occidentale. Cela m’a fait du bien de refaire le point sur des détails, de s’arrêter, ajuster et réfléchir. De temps en temps Ajay lançait dans l’air des mots comme des piques, qui venaient résonner directement dans notre esprit. En tout cas dans le mien !

Je voulais tout retenir et ne rien oublier de ses paroles et corrections. Je prenais mentalement et physiquement des notes dont en voici quelques unes:

« Pain is bliss »: la douleur est une bénédiction

Pain will evaporate. Pain is the existence of your body. You sleep better after pain. Pain shows you are alive. Pain is bliss… Oui, oui, mais ça fait mal, quand même. Le temps pour lui de finir son beau discours sur la douleur, on restait immobile en équilibre, la jambe en l’air… Magne-toi Ajay !

« You are what you eat » : nous sommes ce que nous mangeons

Quelques principes ayurvediques, furent aussi surlignés. Rappelons vite que l’Ayurveda est une médecine traditionnelle, le système de guérison naturel de l’Inde. L’Ayurveda considère qu’une alimentation saine et une digestion efficace sont les piliers incontournables d’une bonne santé.

On parlait donc de manger sain, d’éviter ou ajouter certains aliments dans nos assiettes. De connaître et écouter notre corps, qui est en fait le miroir de notre santé. On peut en savoir beaucoup sur notre santé à travers les yeux, la peu, les ongles, la langue, l’alignement de notre corps…

Nous avons fait un petit cercle autour de lui. Il voulait nous montrer des photos. Voyez-vous ceci ? – demande Ajay – en faisant allusion à la photo de quelqu’un le visage plein de boutons. Oui, on regardait et alors… « Trop de pizza » – répliqua-t-il -. Mais bon, des pizzas végétariennes, ça ne passe pas non plus ?

Et oui, je le crois bien, nous sommes ce que nous mangeons.

Le temps passe vite quand on aime bien et quand on s’amuse. Le workshop arrivait à sa fin. Ce n’était qu’un amuse bouche. J’avais envie de plus…

Pour en avoir plus, Ajay nous a proposé d’aller à Mysore. Mais attention, avertit-il : «We teach Yoga, NOT asanas».

Au cas où, notre motivation vitale serait d’y aller rien que pour réussir à s’entortiller comme un bretzel.

On a compris Ajay, si c’est pour la pratique physique du Yoga, c’est plutôt mal barré, autant rester là !

Et toi, as-tu déjà été à Mysore ? As-tu tes gurus ? Si oui, qui sont-ils ? On a envie de savoir avec qui, en plus du sympatique Ajay, on peut aussi pratiquer l’ashtanga !

Et pour info, le shala d’Ajay c’est par ici : http://sthalam8.com