Shit happens! Pourquoi le « prout » en cours de yoga ?

11 Avr

Le prout, n’est pas un exercice demandé en cours de yoga. Pourtant, il fait partie de l’expérience… Bien plus que ce que l’on imagine. Alors, pourquoi ce pet en cours de yoga ?…

« … On faisait la chandelle et au moment de redescendre, je sais pas trop ce qui s’est passé en moi… Sans doute un appel d’air au niveau du… hum vagin et en venant me rasseoir, ça a fait un bruit horrible, ressemblant très fortement, à un pet.
C’était impossible à contrôler et y avait une femme à côté de moi qui me regardait avec une de ces têtes ! Purée ! J’étais trop mal ! J’imagine assez bien ce qu’elle a dû se dire !
Bref, un bon gros moment de honte, je savais plus où me mettre et j’avais envie de leur crier : « non je n’ai pas fait de prout !!! »
Et vous, ça vous est jamais arrivé ce genre de trucs bien embarrassants ? »
Témoignage – Forum de discussion sur le sujet : «Le gros malaise pendant un cours de yoga».

Relâcher ses airs en yoga ce n’est pas grave. Gênant ? Sans doute. Mais relax ! Ici, nous allons aérer le sujet, et en parler sans tabou et sans complexe.

Pourquoi le « prout » en cours de yoga ?

Dans certaines postures de yoga, comme dans les postures vers l’avant ou les torsions, les organes du ventre sont compressés.

Au moment du relâchement de cette pression, les gaz gastro-intestinaux qui s’accumulent dans l’estomac ou dans l’intestin, peuvent-être libérés le long du gros intestin, jusqu’au rectum, causant ainsi ce disgracieux phénomène : le prout, le pet, le vesse (oui, oui c’est un synonyme).

Le pet est donc la conséquence de l’expulsion de gaz présent dans le corps, généralement par l’anus. Mais pas que…

Rendez Vous Yoga - Pourquoi le "prout" en cours de yoga ?

Le gaz ou « pet » vaginal.

Chez nous, les femmes, il existe aussi le gaz ou « pet vaginal ». Il peut arriver lors des postures en inversion, comme les postures sur la tête ou les épaules.

Vous l’aurez compris, le « pet vaginal » sont des expulsions d’air par le vagin. Il ne s’agit pas de gaz liés à des fermentations comme dans l’appareil digestif. (Ce n’est pas un véritable pet. Alors, tout va bien !). C’est un phénomène purement mécanique qui survient simplement lorsque de l’air pénètre dans le vagin puis est relâché quand le bassin redescend au sol.

C’est fréquent surtout quand le vagin a perdu un peu de sa tonicité musculaire, comme après un accouchement. Il est courant dans les cours de yoga pré et post-natal.

Comment éviter d’expulser ses airs en cours de yoga ?

Le yoga est un processus de libération et de purification du corps et du mental, alors, expulser ses airs, quelques soient les chemins, cela va un petit peu de soi ! Non ?

Mais bon, on comprend que cette situation peut-être embarrassante, et peut en faire rougir ou pâlir plus d’un.

Rien de tel que de dédramatiser et d’en rire, mais voici quelques solutions pour éviter de trop se lâcher en cours :

Surveiller votre alimentation.

Certains aliments peuvent provoquer des gaz, donc des airs. Comme les haricots secs, le chou, les radis ou les oignons. Les produits laitiers libèrent eux aussi beaucoup de gaz lors de la digestion.

Vous pouvez éviter de les consommer avant un cours. Et si vous tenez absolument à votre choucroute, pensez donc à pratiquer quelques postures pour vous libérer avant le cours (de préférence en cachette), comme la « posture de l’enfant » (balasana) ou des torsions (marichyasana).

Engager « Mula bandha ».

« LA » solution pour éviter les expulsions d’air par le vagin, c’est d’engager Mula Bandha.

Bandha signifie en sanskrit: « verrouillage, contracter ». Mula Bandha, consiste en la contraction de la zone du périnée et l’anus. Imaginez un effet d’aspiration du vagin vers le haut.

Bref, il faut serrer l’anus et le tour est joué.

Rendez Vous Yoga - keep-calm-and-hold-mula-bandha-1

D’un autre côté, le fait de bloquer son souffle pendant les postures en inversion peut-être aussi à l’origine de ces bruits perturbateurs.

Quand on bloque son souffle mais que l’on continue à faire les mouvements respiratoires, le diaphragme agit alors comme un piston (j’ai l’impression de parler d’une voiture) en tirant ses organes internes vers le haut. Cela crée une dépression dans le vagin. Si le périnée est affaibli (grossesses, accouchements), de l’air rentre très facilement.

Si ce phénomène persiste et qu’une profonde gêne s’installe, alors il est peut-être nécessaire de consulter un kinésithérapeute spécialisé dans la rééducation périnéale.

D’accord, mais que faire quand un gaz nous échappe ?

Si le gaz vient de chez vous.

  • #1 Ignorez-le et gardez votre esprit concentré. C’est une chose naturelle. Oubliez vite et passez à la posture suivante. (Respirez et contractez l’anus).
  • #2 Ne cherchez pas à vous en excuser, ni à pointer sur votre voisin pour vous en dédouaner. Acceptez-le avec humilité, ce n’est rien de mal.
  • #3 Prenez-le avec humour et souriez ! Attention aux fous rires. Vous risquez d’en lâcher d’autres !

Si le gaz vient de votre voisin.

  • #1 Ignorez-le et gardez votre esprit concentré. Montrez vous compréhensif et ouvert d’esprit. Oubliez et passez à la posture suivante. (Contractez l’anus vous aussi).
  • #2 Ne cherchez pas autour de vous à démasquer l’auteur. Vous ne le trouverez pas, il se cache.
  • #3 Ne vous moquez pas. Montrez plutôt un sourire conciliateur ou complice : vous savez qu’est-que c’est, hein ?!
  • #4 Surtout, continuez votre pratique, avec humilité de façon inébranlable, impassible, stoïque…

Quoi, un pet peut vous distraire ?

Mais vous ? Que faites vous dans une situation pareille ? Vous vous cachez sous votre tapis ? Vous faites comme si de rien n’était ? Vous éclatez de rire et puis, vous enchaînez en rafale parce c’est tellement drôle !?

Allez, que cela ne vous tracasse plus et bon vent !